Simplification des consignes de tri

Simplification des consignes de tri

Finies les hésitations et erreurs en matière de tri… Désormais, une seule et même consigne s’applique : 100 % des papiers et des emballages vont dans le bac jaune !

Attention, le fait que tous les emballages se trient ne signifie pas que tous les plastiques se trient ! Un jouet en plastique n’est pas un emballage et ne doit donc pas être jeté dans la poubelle jaune dédiée aux papiers et emballages uniquement.

 

Vous avez un doute, une question ? Consultez le site de la Métropole, www.clermontmetropole.eu
(rubrique « préserver/recycler »).

Optimiser le recyclage et réduire les erreurs de tri
L’objectif de cette évolution ? Trier mieux et donc recycler plus, pour atteindre 55% de déchets
recyclés et réemployés en 2025, puis 65% en 2035.
La massification des tonnages d’emballages collectés grâce à la simplification des consignes va
également permettre de déployer de la Recherche et du Développement, pour créer de nouvelles
filières et procédés de recyclage pour les déchets n’en disposant pas encore.
Enfin, elle vise à réduire les erreurs de tri. Ces erreurs représentent entre 20 et 25 % des déchets
entrant en centre de tri et coûtent cher à la collectivité et donc aux contribuables.

La deuxième vie des emballages et des papiers
Films plastiques, petits emballages aluminium, tubes, pots et barquettes… Afin de pouvoir accueillir les nouveaux déchets déposés dans les bacs et colonnes jaunes à partir du 1er mai 2021, le centre de tri Paprec, à Clermont-Ferrand, entre en phase de travaux jusqu’à l’été.
Une fois triées, les matières sont envoyées vers des repreneurs situés en France et en Europe pour être intégrées dans la fabrication de nouveaux produits, permettant ainsi une économie de
ressources naturelles et d’énergie considérable.

Trier, c’est bien, limiter les emballages, c’est mieux !
Réduction des déchets et recyclage sont complémentaires. Parallèlement à la simplification des
consignes de tri, il est également indispensable de revoir nos modes de consommation et de soutenir une économie plus sobre. Les industriels ont également un rôle essentiel à jouer dans cette démarche, en développant l’éco-conception et en limitant les emballages mis sur le marché. Le meilleur déchet reste bien celui que l’on ne produit pas !

Partager