Activités périscolaires à Simone Godard

Activités périscolaires à Simone Godard

 

 


Un conte a été rédigé par les enfants de CP de Mme Reimbold sur le temps de d’animation sur la pause méridienne avec leur animatrice Sandrine.

Le service municipal enfance jeunesse tient à féliciter Louise, Théo, Léa, Noa, Lucas, Nino, Mael, Kaanbekir, Lise, Louise, Diego, Tina, Kylian et Margot pour ce très beau conte !

Jean-Michel au Royaume de la source dorée

Il était une fois, par une belle matinée printanière, un jeune garçon qui s’appelait Jean-Michel Pavard. Se promenant dans la ville de Gerzat il passa devant l’école Simone Godard.

Il aperçut dans la cour une superbe arche fleurie qui l’attira immédiatement. Il décida donc d’aller voir de plus près et lorsqu’il fût devant l’arche, quelqu’un lui chuchota de rentrer.

Il hésita, car il ne voyait rien, à cause d’un épais brouillard. Il prit malgré tout son courage à deux mains, car la curiosité était plus forte et s’avança.

Quelle merveille ! Il se trouvait dans un jardin magnifique avec autour de lui des légumes, des fleurs, des oiseaux et des arbres, comme s’il avait été transporté dans un autre monde.

D’ailleurs en parlant d’arbres, il y en a un juste à côté de lui, superbe, magnifique qui tout à coup se met à lui parler :

  • « Bonjour Jean-Michel, je m’appelle monsieur Murmure. Bienvenue au Royaume de la source dorée. Nous t’attendions avec impatience. Nous avons besoin de toi pour sauver notre merveilleux royaume ».
  • « Je dois rêver ! un arbre qui parle ! »

Non tu ne rêves pas, tout est bien réel, tu es arrivé dans notre royaume pour nous sauver »

« Mais vous sauver de quoi ? De qui ? Et surtout pourquoi moi ? »

« Nous n’avons plus d’eau. Il est arrivé quelque chose à notre source que l’on nomme la source dorée », mais nous ne savons pas quoi. De plus, nous ignorons où elle se trouve. C’est un secret gardé depuis des siècles afin que personne ne puisse détruire notre royaume en s’en prenant à elle. C’est affreux ! Quelqu’un l’a trouvée et s’en est pris à nous ».

« Ne t’inquiète pas, je vais vous aider ! »

« Merci, nous t’avons choisi pour ton courage et ta gentillesse. Pour trouver la source, tu devras effectuer et réussir des épreuves. À la fin de chacune d’elles, tu auras un indice qui t’aidera à avancer dans ta quête. Tiens, prends ce sac à dos. Dedans il y a des objets qui te permettront de réussir tes épreuves. À toi de trouver comment t’en servir et à quel moment ».

« Très bien ! Par où dois-je commencer ? »

« Tu dois trouver la carte “Kinder Océan” qui t’indiquera où trouver la source. Elle est en deux morceaux que tu dois reconstituer. Pour avoir le premier indice, tu dois aller au jardin potager et ramasser un kilo de fraises et dix piments. Mais fais attention à toi ! »

« D’accord, à plus tard ! »

Et c’est ainsi que Jean-Michel prend son sac à dos et part en direction du potager.

Il s’apprête à ramasser une fraise, quand tout à coup, un gros vers de terre surgit et tente de lui mordre les doigts !

Heureusement, grâce à un réflexe hors du commun, il recule sa main. Reprenant ses esprits, il se dit que dans son sac il pouvait y avoir quelque chose d’utile pour réussir cette épreuve.

Il ouvre son sac et voit un tas de choses bizarres : une raquette, un sèche-cheveu, des bottes, une pince à linge, une balayette, une bouée, une lampe, un élastique, des graines pour oiseaux…

« Que dois-je prendre ? » se dit -il.

Une idée lui vient.

« Les oiseaux adorent les vers de terre, je dois donc attraper un oiseau en mettant des graines dans ma main. Ainsi l’oiseau pourra s’emparer des vers de terre et je pourrai ramasser les fraises et les piments. »

Jean-Michel s’exécute et réussit à attraper un bel oiseau jaune. Celui-ci attrape tous les vers de terre.

Jean-Michel réunit un kilo de fraises et dix piments. Il remercie l’oiseau puis le laisse s’envoler.

Son épreuve étant réussie, il retourne vers monsieur Murmure avec sa récolte.

« Bravo, tu as été très fort dans cette épreuve. Je vais te donner un premier indice :  là où vivent le roi et la reine… Pour avoir la suite de l’indice, tu dois te rendre au jardin enchanté et ramasser quatre coquelicots. Si tu réussis, reviens me voir ».

« Merci, j’y vais immédiatement ».

Jean-Michel se rend au jardin enchanté et est émerveillé par tant de belles fleurs avec une odeur extraordinaire qui flotte dans l’air.

Il trouve les coquelicots qui se situent à côté des tulipes et des rosiers.

Il se penche afin de cueillir un coquelicot quand, soudainement, un rosier se met à remuer avec ses branches pleines d’épines qui veulent piquer Jean-Michel.

Oups ! Il ne l’avait pas vu venir !

Il regarde dans son sac, réfléchit un moment et se dit :

« Si j’utilise une pince à linge, cela pourrait me permettre de gagner cette épreuve ! Dès que j’approcherais ma main du coquelicot, le rosier voudra me piquer et je mettrais la pince à linge sur l’épine ce qui me permettra de cueillir un coquelicot. Je n’aurais plus qu’à recommencer la manœuvre à chaque fois ».

Et c’est ce que fit Jean-Michel.

Il retourne voir monsieur Murmure avec ses quatre coquelicots, fier d’avoir réussi.

« Félicitations Jean-Michel, je vois que tu as accompli cette tâche, très piquante ! Je vais donc te donner le deuxième indice : … où dort la couronne. Surtout, conserve bien toutes tes récoltes ! Cela pourra t’être utile plus tard »

« D’accord merci ! Je sais où je dois me rendre : au château ! »

Jean-Michel se rend sur-le-champ au château du roi et de la reine. Il frappe à la grande porte. Toc Toc Toc.

Un garde lui ouvre la porte et Jean-Michel lui explique toute l’histoire. Il lui demande l’autorisation de pouvoir se rendre auprès de la couronne du roi afin de trouver un morceau de la carte « Kinder océan ».

Le garde demande à Jean-Michel d’attendre un moment, le temps qu’il adresse sa requête au roi.

Quelques minutes plus tard, le garde revient avec l’accord du roi et guide Jean-Michel auprès de la couronne. Il soulève le coussin qui était sous la couronne et bingo ! Il trouve la moitié de la carte. Il la prend et soudain, la bougie qui était à côté s’allume toute seule et se met à parler :

« Bonjour, je m’appelle Luciole. Je sais qui tu es Jean-Michel et je vais t’aider à trouver l’autre morceau de la carte. Pour cela tu dois te rendre au parcours infernal et réussir chaque étape. Appuie sur le bouton rouge à chaque fois et au bout du parcours, tu auras le deuxième morceau de carte. Grâce à la carte tu sauras où te rendre pour ta prochaine épreuve ».

« D’accord, merci Luciole ! Je m’y rends immédiatement, même si le nom « parcours infernal » me fiche un peu la trouille ! »

Le voilà devant ce fameux parcours. Il voit la première étape.

Des cailloux roulent sans arrêt avec au bout le fameux bouton rouge.

« Comment vais-je faire ? » s’interroge Jean-Michel.

« Ah oui ! je vais regarder dans mon sac »

Il l’ouvre et voit à l’intérieur une balayette.

« Bon, il me semble qu’avec la balayette et la pelle, je devrais pouvoir y arriver. Il suffit de balayer les cailloux ».

Effectivement, Jean-Michel balaye, réussit et appuie sur le bouton rouge. Un mot sort de la boîte où il est écrit : « VA ».

Il trouve facilement la deuxième étape : le sable mouvant.

Jean-Michel ouvre son sac, réfléchit et décide de prendre les bottes. Une très bonne idée !  Lorsqu’il les enfile, des échasses sortent du dessous ses bottes permettant à Jean-Michel de traverser le sable mouvant. Il appuie sur le fameux bouton rouge et découvre le mot « A ».


Le voici devant la troisième étape : l’eau mordante.

« Tiens, tiens de l’eau qui mord ? Cela n’existe pas ! Si ça se trouve, c’est une blague et je n’ai qu’à nager pour traverser » se dit Jean-Michel.

Il pose son premier pied dans l’eau et là …

Des tortues apparaissent en montrant leurs jolies dents pointues. Jean-Michel recule et ouvre son sac.

Il décide de prendre la bouée et de traverser tranquillement en toute sécurité. Arrivé sur l’autre bord il appuie sur le bouton rouge et apparaît le mot « L’ÎLE ».

Voilà maintenant Jean-Michel devant la quatrième étape : un labyrinthe. Il regarda dans son sac, mais rien de ce qu’il y avait dedans ne l’inspirait. Par désespoir, il prit la lampe et l’alluma bien qu’il fasse encore jour. Heureusement ! C’était une lampe magique !

Lorsqu’il pointa la lampe par terre, de la peinture phosphorescente apparut. Il était facile de savoir quel chemin suivre.

C’est ainsi que Jean-Michel put arriver s’en encombre au bout du labyrinthe et appuyer sur le bouton qui lui donna le mot « AU ».

 

Devant la cinquième étape, Jean-Michel découvrit un petit chemin coloré en rouge. Cela ressemblait à de la peinture, mais il voulait être sûr avant de prendre ce chemin que ce n’était pas dangereux afin d’éviter les mauvaises surprises.

Il jeta donc sur le chemin un gros caillou, mais rien ne se passa. Il voulut reprendre le caillou, mais là, impossible de le récupérer. Il était collé !

« Ha, j’ai failli me faire avoir ! c’est de la peinture collante. Heureusement que je n’ai pas traversé le chemin sans vérifier avant » se dit Jean-Michel.

Dans son sac, Jean-Michel décida de prendre le sèche-cheveu pour faire sécher la peinture collante. Cela fonctionna et il put traverser le chemin et atteindre le bouton rouge. Cela lui donna le mot « PI ».

Pour l’avant-dernière étape, la sixième, Jean-Michel se trouva devant une belle forêt. Il s’avança, mais se fit attaquer par des pommes de pin qui sautaient sans arrêt sur lui.

« À force, ça va me faire mal ! » se dit Jean-Michel.

Il se protégea derrière un arbre, ouvrit son sac, et trouva une raquette.

« Ce sera parfait pour renvoyer les pommes de pin d’où elles viennent et traverser la forêt ! » s’exclama-t-il.

Il s’exécuta parfaitement réussissant son parcours comme un vrai tennisman, appuya sur le bouton rouge et récupéra le mot « RA ».

Le voilà enfin devant la dernière étape. Il regarde partout, mais ne voit que du gazon. Jean-Michel s’interroge ne comprenant pas ce qu’il devait faire. Il lève la tête et voit le bouton rouge accroché très haut sur un arbre. Il comprend qu’il ne peut pas grimper à l’arbre, les branches sont toutes fines. Il regarde dans son sac, trouve un bâton et un élastique.

« Je sais ! Je vais fabriquer un lance-pierre ainsi je pourrai toucher le fameux bouton rouge avec un caillou ! » s’exclame Jean-Michel.

Il trouve un caillou près de lui et tente un premier tir… Raté !

Ne se démoralisant pas il tente un deuxième tir… Encore raté !

« Le troisième tir sera le bon » se dit-il.

Il arme le lance-pierre et … en plein sur le bouton rouge qui lui donne le dernier mot : « TE ».

Jean-Michel heureux et soulagé d’avoir réussi et terminé le parcours infernal, rassemble tous les mots dans l’ordre et découvre ce message :

« VA A L’ILE AUX PIRATES »

Au même moment il voit apparaitre le deuxième bout de la carte « Kinder océan ». Il rassemble les deux bouts de cartes et là le chemin qu’il devait emprunter pour aller à la source dorée apparait (traverser le lac, suivre les pointillés une fois arrivé sur l’île jusqu’à la croix qui représente la source).

Jean-Michel se rend donc au lac où une barque l’attend. Il monte dedans, lorsqu’un dauphin apparaît à côté de lui.

« Bonjour, je m’appelle Bubule, je vais t’accompagner jusqu’à l’île aux pirates pour te tenir compagnie et te donner la solution afin d’accéder à la source ! ».

« Bonjour Bubule et merci » répondit Jean-Michel.

Une fois arrivé à l’île, Bubule lui dit :

« Trouve la bonne noix de coco et casse là, alors le chemin doré apparaîtra ».

« D’accord, à bientôt Bubule ».

Jean-Michel descend de la barque et court jusqu’aux noix de coco. Il se met à les ramasser et à les casser sur un gros caillou. À la sixième noix de coco cassée, c’est la bonne ! Un chemin doré apparaît devant lui. Il le suit et au bout du chemin, il voit la source et une magnifique cascade avec un énorme rocher qui la bloque et un fantôme pirate assis dessus.

Le fantôme ricana et dit : « Bravo tu as été très fort pour trouver la source, mais comment vas-tu faire pour débloquer la cascade petit malin ? »

Jean-Michel rétorque : « Peut-être pourrais-tu m’aider ? C’est toi qui l’as mise là ! Donc tu peux l’enlever aussi. Tu as fait une grosse bêtise ! Le royaume va disparaître s’il n’y a plus d’eau ! ».

« Si tu veux les aider, débrouille-toi tout seul » dit le fantôme.

Jean-Michel ouvrit son sac à dos en espérant que cela pourrait l’aider. Il ne restait que les fraises, les coquelicots et les piments qu’il avait récoltés au début de son aventure.

Il se rappela ce que monsieur Murmure lui avait dit : « Conserve bien toutes tes récoltes, cela te servira ».

Jean-Michel réfléchit et décide de fabriquer une potion en écrasant les fraises, les coquelicots et les piments. Il va chercher une noix de coco cassée et fait une mixture. Il la boit et sent en lui une force énorme l’envahir. Il s’approche du rocher le soulève « comme une plume » et le dépose un peu plus loin sur l’herbe.

« Oh non ! » cria le fantôme, « tu es vraiment trop fort Jean-Michel ! »

« Mais pourquoi as-tu fait ça ? » dit Jean-Michel.

« Je me sens seul sur cette île. Personne ne vient ici depuis des années. Moi je ne peux pas quitter cette île. Je me suis dit qu’en bloquant la source, des personnes viendraient ici pour sauver le Royaume et ainsi j’aurais des gens à qui parler ».

« Je comprends ta tristesse, tu te sens seul et oublié par tout le monde. Je te promets que ça n’arrivera plus ! Lorsque je vais rentrer au Royaume, je raconterai tout aux habitants et vu que ce sont des gens formidables, on trouvera ensemble une solution ! »

« Merci Jean-Michel ! Et désolé pour les tracas que j’ai occasionnés »

Jean-Michel reprit la barque et arriva au Royaume. Tout le monde l’attendait, heureux et impatient de le remercier d’avoir ramené l’eau au Royaume.

Lorsque Jean-Michel leur expliqua pourquoi le fantôme pirate avait fait cela, les habitants décidèrent d’organiser tous les week-ends, des soirées camping et pêche sur l’île aux pirates. Ils proclamèrent le 4 mai officiellement férié et l’appelèrent « le jour de l’amitié ».

C’est ainsi que chaque année, Jean-Michel traverse l’arche fleurie de l’école Simone Godard le 4 mai afin de retrouver ses amis du Royaume de la source dorée pour aller faire tous ensemble une grande fête sur l’île aux pirates avec leur nouvel ami le fantôme de l’île.

FIN

 

 

 

Partager